Où en est-on de l’Open Data en France ?

logiciel open data Alors que le RGPD est entré en vigueur le 25 mai 2018 et que la protection des données est au cœur des préoccupations des entreprises, promouvoir et encourager l’open data pourrait sembler totalement fou. La France encourage pourtant la démarche avec la loi du 17 juillet 1978 du droit d’accès à l’information, et la création en 2011 de la plateforme data.gouv.fr. Une partie de la grande quantité d’informations collectées est alors ouverte au public : elle regroupait en 2019 plus de 38 000 jeux de données et faisait l’objet de plus de 450 000 visites par mois en moyenne.

L’utilisation des données ouvertes s’impose aujourd’hui comme un nouvel élément indispensable pour favoriser l’innovation et améliorer la compétitivité des entreprises. C’est de là qu’est née la mission Etalab, initiée par la Direction interministérielle du numérique et du système d’information et de communication de l’État. Elle anime et coordonne les actions d’Open Data publiques. Depuis, la loi Lemaire pour une République numérique est entrée en vigueur le 8 octobre 2016. Elle vise à renforcer l’ouverture et la circulation des données publiques, mais également à accompagner les collectivités territoriales dans leur démarche d’ouverture de données.

Open Data : kézako ?

1,7 MO, c’est la quantité de données produites par personne et par seconde dans le monde en 2020, selon IDC. Le terme Open Data désigne donc des données disponibles, partageables, et réexploitables librement. Il induit par ailleurs la notion d’interopérabilité, soit la capacité de différentes collectivités à travailler ensemble, ainsi qu’à mélanger différents amas de données. Cette notion est l’essence même de l’Open Data, car elle permet à différentes entités de fonctionner ensemble, et ainsi de créer de nouvelles synergies.

Open Data, qu’en est-il du secteur privé ?

experts open data Partager des données considérées comme privées pourrait de prime abord sembler surprenant. D’ailleurs, bon nombre d’entreprises émettent encore quelques réserves quant à la mise en place de stratégies d’ouverture de données, ou ne savent pas comment en tirer profit. Cette ouverture se dessine pourtant comme un nouvel eldorado pour celles qui ont compris qu’il s’agissait là d’un véritable moteur pour leur développement, à condition de respecter quelques bonnes pratiques.

L’Open Data promeut un système gagnant-gagnant doit émerger, afin de dynamiser les secteurs existants, mais également accompagner le développement de nouvelles opportunités commerciales ou innovations. Si certaines entreprises pourraient être frileuses à l’idée de partager leurs données, elles demeurent libres de choisir celles qu’elles souhaitent conserver ou non et orienter cela dans leur propre intérêt. Dans ce contexte, déployer une réelle stratégie d’open-data accompagnée d’experts pourrait alors s’avérer déterminant.

C’est par exemple le cas de géants comme Waze, qui partage ses données avec les territoires. Elle fournit le trafic en temps réel. En échange, les villes partagent les informations sur les travaux et les perturbations de circulation.

stratégie open data Dans un autre registre, Kering a choisi d’utiliser ses données dans une démarche de transparence et de responsabilité sociétale (RSE). Le groupe s’appuie ainsi sur un portail d’Open Data pour présenter son EP&L, outil novateur qui mesure l’impact sur l’environnement de ses activités tout au long de sa chaîne d’approvisionnement. Une nouvelle façon donc, de développer son activité tout en prenant en compte les ressources naturelles grâce à une collecte et une réutilisation de données.

Très tôt, les grandes entreprises ont compris l’opportunité que représentait l’Open Data pour innover et créer de nouveaux usages. Si cette dynamique suppose la mise en oeuvre d’une véritable gouvernance des données, elle n’est pourtant pas réservée à de grands groupes internationaux. Nous allons voir prochainement que l’Open Data offre de multiples opportunités à tout type d’entreprises. 

Le cas de la Métropole lilloise

La Métropole Européenne de Lille, a été l’une des premières collectivités à  se lancer dans l’ouverture des données. La plateforme “Les données ouvertes de la Métropole Européenne de Lille” regroupe des données de diverses compétences :

  • transports,
  • environnement,
  • urbanisme,
  • sport,
  • eau,
  • déchets,
  • tourisme…

Elle s’adresse aussi bien aux citoyens qu’aux associations, administrations, entreprises, journalistes ou étudiants. La finalité de cette démarche est d’encourager la réutilisation de ces données afin de faire évoluer différents secteurs, avec pour consigne d’en faire des applications mobiles, des services innovants, des études et analyses ou des articles de presse.