La performance d’une entreprise est une notion complexe et difficile à définir, tant les définitions sont multiples. Au sens strict du mot, la performance est un résultat chiffré dans une perspective de classement. Dans le champ de l’entreprise, la performance est plutôt perçue comme le niveau de réalisation des résultats par rapport aux objectifs fixés, aux efforts engagés et aux ressources consommées. Aujourd’hui, comment est-elle mesurée au sein des organisations ? Y-a-t’il un pilote de la performance ? Si oui, quelles compétences doit-il réunir ? Ce sont autant de questions que nous allons aborder dans cet article.

Le besoin d’une personne dédiée au pilotage de la performance

Les salariés ne sont plus les mêmes qu’il y a 20 ans, leur manière de travailler non plus. Les nouvelles technologies sont maintenant au cœur de l’entreprise. Ce qui leur permet d’obtenir de nombreuses données, et de mettre en avant les indicateurs clés, véritables aides à la prise de décision. Pour exploiter au mieux ces KPIs, et pour que les entreprises restent compétitives sur des marchés très dynamiques, il devient inévitable qu’une personne soit dédiée au défi de la recherche de la performance.

Auparavant confié aux contrôleurs de gestion ou aux directeurs financiers (DAF), le pilotage de la performance devient une fonction à part entière. Nous le constatons tous les jours avec l’émergence de nouveaux postes au sein des grandes entreprises : le directeur de la performance ou encore le performance manager.

Quel est le profil idéal du Directeur de la performance ?

Même si le concept reste encore flou, le directeur idéal de la performance doit posséder de nombreuses compétences, non seulement financières, mais également managériales et organisationnelles. Le Performance manager ne définit pas seulement les KPIs, mais anime les chaînes de valeur afin d’être en phase avec l’activité globale et les processus de l’entreprise. Ainsi, il n’est pas surprenant que le directeur de la performance ait sous sa tutelle la qualité, le contrôle de gestion et la gestion des risques, sans pour autant remplacer les Directeurs financiers.

À l’image des responsables de la performance dans les clubs de football, ceux des entreprises doivent analyser les indicateurs, prendre en considération chaque collaborateur, tout en étant capable de piloter différents projets et s’adapter aux enjeux opérationnels. En d’autres termes, contrôler que tous les “joueurs” sont en parfaite forme et ont tous les moyens à leur disposition pour performer sur le terrain.  

Au-delà de leurs compétences financières et techniques indispensables, les directeurs de la performance sont de véritables éléments fédérateurs au sein des organisations. Ils doivent donc être capables de décloisonner les services, de collecter et de rendre intelligibles les données, de conduire des projets transversaux et d’agir comme bras droit de la direction. Ce sont donc davantage de compétences managériales et de savoir-faire qui sont attendues par les entreprises.

Comment piloter efficacement la performance ?

Pour piloter la performance de l’entreprise, il ne suffit pas d’engager un Performance Manager. Il est également indispensable de disposer d’indicateurs fiables et pertinents. Pour cela, la mise en place d’une stratégie de gouvernance des données est indispensable.

Il n’existe pas d’indicateurs fiables sans data qualifiée. Or, les données sont générées par tous les services de l’entreprise. Les collaborateurs doivent donc être particulièrement vigilants quant à la qualité de ces données, et c’est ce à quoi le manager de la performance devra veiller en premier lieu. Aujourd’hui, la mission est assurée par le Chief Data Officer, qui se révèle être un excellent candidat pour le poste de Directeur de la Performance.   

Pour entamer cette démarche, et mener une conduite du changement, n’hésitez pas à faire appel à nos consultants, experts de la donnée, qui sauront vous accompagner dans votre projet de Data Governance.